EN

Nouveau projet visant à améliorer la réussite des technologistes de laboratoire médical formés à l’étranger qui entrent dans la main d’œuvre canadienne

 
avril 19, 2021
HAMILTON (ON) – La Société canadienne de science de laboratoire médical (SCSLM) a le plaisir d’annoncer le lancement d’un nouveau projet pilote, le Modèle d’apprentissage intégré en milieu de travail pour les TLMFE. Ce projet vise à augmenter les occasions permettant aux technologistes de laboratoire médical formés à l’étranger (TLMFE) d’accéder à des stages cliniques, menant ainsi à des résultats d’emploi positifs. Le projet est financé par le Programme de reconnaissance des titres de compétences étrangers du gouvernement du Canada.

Chaque année, environ 200 professionnels de laboratoire présentent leur candidature à la SCSLM pour commencer le processus de certification, avec l’objectif final d’obtenir l’autorisation d’exercer et de travailler sur le marché du travail canadien. Cependant, près de 90 % des candidats ne satisfont pas immédiatement aux normes canadiennes.

Des recherches récentes suggèrent que les TLMFE qui ont acquis de l’expérience dans un environnement clinique au Canada ont plus de succès à l’examen de certification de la SCSLM et à décrocher un emploi valorisant après avoir reçu leur permis d’exercice. La pénurie de stages cliniques au Canada signifie que ces TLMFE doivent combler leurs lacunes d’expérience et de formation uniquement par le biais de cours.

« Les technologistes de laboratoire médical sont souvent invisibles, mais ils constituent quand même un élément essentiel du système de soins de santé canadien », explique Joël Rivero, le président du conseil d’administration de la SCSLM. « La pandémie de COVID-19 a mis en évidence l’insuffisance nationale au Canada de cette profession de santé importante, et une meilleure intégration des TLM formés à l’étranger est une solution pour combattre cette pénurie. »

Le projet pilote favorisera la collaboration entre les employeurs, autorités de réglementation et l’organisme de certification en vue de développer un modèle, une méthodologie et le coût de l’intégration des immigrants qualifiés dans la main d’œuvre. De plus, de 10 à 12 TLMFE auront l’occasion d’y participer, augmentant ainsi leur probabilité d’obtenir un emploi à temps plein dans leur domaine.

« Notre gouvernement s’engage à assurer que les nouveaux venus ont le soutient nécessaire pour trouver un emploi et développer leurs compétences. Ce Modèle d’apprentissage intégré en milieu de travail aidera les nouveaux arrivants dans la profession de la santé à trouver un emploi approprié plus rapidement, et cela appuiera une reprise économique solide une fois que la pandémie prendra fin. »
- Carla Qualtrough, Ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’inclusion des personnes handicapées
 
« Une leçon importante tirée de la pandémie de COVID-19 est que le Canada et chaque province ont besoin de s’occuper de leurs propres réserves de technologistes de laboratoire médical, sinon on éprouvera des retards de dépistage en périodes de crise », déclare Christine Nielsen, la chef de la direction de la SCSLM. « L’investissement dans nos programmes de formation ainsi que des mesures de soutien pour l’intégration des professionnels formés à l’étranger sont absolument nécessaires. Ce projet est un excellent premier pas dans la bonne direction. »
La Société canadienne de science de laboratoire médical est l’organisme national de certification des technologistes et adjoints de laboratoire médical et l’association professionnelle nationale regroupant les professionnels de laboratoire médical au Canada. Incorporée en 1937 sous le nom de la Société canadienne des technologistes de laboratoire, la Société compte plus de 13 700 membres, au Canada et dans divers pays du monde.

Reconnaissance des terres autochtones : Nous reconnaissons respectueusement que le bureau de la SCSLM, à Hamilton, en Ontario, se situe sur les territoires traditionnels de la Confédération de Haudenosaunis de la Nation des Mississaugas, des peuples Anichinabés, et des peuples Neutres. Ces terres sont régies par le Pacte wampum dit « Bol à une seule cuillère », un traité entre les Haudenosaunis et Anichinabés pour partager et entretenir la terre et ses ressources autour des Grands Lacs. Nous reconnaissons également que ces terres sont régies en vertu du Traité no 3 d’Achat entre les lacs de 1792, conclu par la Couronne et la Première Nation des Mississaugas de Credit.

 

© 2021 - CSMLS-SCSLM